Premières sensibilisations école

sensibilisations dans les écoles

Dans le cadre de la fête de la nature, qui a eu lieu la semaine du 17 mai 2021, nous avons eu l’opportunité de construire des sensibilisations d’un genre nouveau. 

Ces sensibilisations sont animées par les ambassadeurs de la biodiversité et de la neurodiversité. Ils viennent à la fois sensibiliser les élèves aux grands principes de la permaculture et témoigner de l’importance de l’indulgence quant aux élèves dits différents. Ils peuvent également témoigner de leur singularité et de ce que cette singularité leur a permis de dépasser. Le parcours Perm’art débuté en janvier 2021, est guidée par Angèle Largy, pepiniart’iste de l’association Terres d’Osmose. 

Ces sensibilisations ont fait la part belle à l’imaginaire et Claire, Lise et Sacha ont eu à exercer leur talent de conteurs et de raconteurs d’histoires. 

Sacha a ainsi créé un conte magnifique intitulé “la nature et l’amitié, un lien si puissant”, où il fait intervenir 3 redoutables prédateurs, l’ours, le crocodile et l’aigle, qui pourtant s’avèrent savoir parler grâce à un magicien. On reconnaîtra dans ce conte une allusion au conte “Jack et le haricot magique.”

Lise a écrit “l’enfant et la rose”, tandis que Claire s’est intéressée aux marais et à leur faune.  

C’est le conte de Sacha qui a introduit ces premières sensibilisations. Il a été lu de manière théâtralisée par nos trois ambassadeurs et on peut dire que l’attention fut au RDV, tous les élèves ont écouté, scotchés à leur chaise et médusés. 

Suite à cette première partie et suite à une récréation bien méritée, les élèves de retour sont organisés en trois groupes pour participer à trois petits ateliers, encore une fois créés par Sacha, Claire et Lise avec l’aide et la guidance inspirée d’Angèle Largy de Terres d’Osmose. 

Ainsi ont-il pu créer la fiche botanique de la bourrache. Munis de cette fiche, ils ont animé des ateliers de découverte sensorielle de la plante, où les élèves ont pu toucher la rugosité de la tige, le laineux de la feuille et même manger les fleurs de la bourrache. Quelle découverte pour eux ! Autre petit atelier proposé : colorier à plusieurs la fleur magique imaginaire que Claire avait dessinée. Des ateliers jardinage et quizz ont pu être animés, en fonction de la météo.

Tous les ingrédients étaient rassemblés pour faire vivre aux élèves un temps divin où ils ont appris grâce à leur participation active, où ils ont pu expérimenter un lien direct au vivant.

P. Laulan

Voici le retour de chacun sur ces temps vécus ensemble :

Claire :  J’ai beaucoup aimé les sensibilisations faites à l’école maternelle du Pas St George et de l’école élémentaire Marcel Sembat. Les enfants étaient assez intéressés par le conte et les activités. Il y avait beaucoup d’action, je ne me suis pas ennuyée. J’ai été très à l’aise et je n’ai pas ressenti de stress particulier.

Ces sensibilisations m’ont permis de sortir de ma bulle et d’aller vers les personnes, ça m’a aussi permis de mieux travailler en équipe. J’ai beaucoup aimé faire vivre l’histoire par les sons pendant le conte. J’ai un peu moins aimé l’atelier dessin car il était un peu trop long et il fallait en laisser pour les autres groupes. J’ai aussi bien aimé l’atelier sensoriel je me sentais très à l’aise et écoutée. Le conte était très bien mais un peu long pour certains enfants mais ils ont  quand même été captivés. J’ai aimé incarner le personnage d’Hortensia et de Calypso j’aurais aimé faire d’autres personnages car malgré l’insertion des instruments je ne faisais pas grand chose. Je suis contente que tout se soit bien passé et j’ai hâte de voir notre évolution dans nos prochaines sensibilisations.  

Lise : J’ai ressenti du stress quand je lisais le conte et un peu d’adrénaline et je me mettais beaucoup trop la pression, j’oublie qu’on a le droit de faire des erreurs et que l’erreur est humaine car on apprend de ses erreurs pour avancer. Pendant les 3 sensibilisations que nous avons faites j’ai senti plusieurs fois du stress et après le conte beaucoup moins, la pression descendait  et je me sentais plus sereine. Faire la voix d’un certain personnage du conte qui bégayait m’a posé énormément de problème, mais je l’ai quand même fait malgré que ça ne me plaise pas .

Ensuite j’ai trouvé l’atelier sensoriel  bien plus compliqué que les autres, j’ai eu des difficultés à attirer l’attention et à intéresser les enfants. Les CM2 étaient plutôt calmes , les intéresser pour cet atelier était délicat car je ne connaissais pas suffisamment la plante. Le conte était très bien mais trop répétitif, cela m’a agacé de le faire plusieurs fois. Les enfants nous ont dit que le conte était un peu trop long au début mais très captivant.

Les instruments s’intègrent bien dans l’histoire et permettent une meilleure immersion dans l’imaginaire. J’aimais bien faire la voix du petit garçon, je me sentais plus à l’aise,  je l’incarne vraiment bien. En général j’ai aimé tous les ateliers malgré les difficultés que j’ai rencontrées durant toutes les sensibilisations, elles m’ont apportées de nouvelles expériences et des défis, cela m’aide à adapter ma façon de parler et de me comporter en fonction des personnes pour qui je fais de la sensibilisation.

Sacha : Lors des sensibilisations, j’ai ressenti du stress et lors du conte je me sentais parfois ridicule mais de voir les réactions positives des enfants m’a encouragé à continuer. Je les ai vus sourire, applaudir et se prendre au fil de l’histoire, c’était comme un feu vert qui me donnait envie de poursuivre la lecture. J’ai été touché lorsque les enfants ne voulaient pas partir manger tellement notre intervention leur avait plu et qu’ils nous faisaient des câlins jusqu’au portail nous retenant de partir ! J’ai eu plaisir à susciter l’intérêt des plantes auprès des enfants et à leur transmettre mes connaissances et mon goût pour elles. Je me suis senti à l’aise pendant les ateliers dessins, j’ai eu un peu plus de difficultés avec l’atelier sensoriel pour maintenir le cadre car les enfants touchaient les plantes sans mon autorisation.

J’ai trouvé les enfants très intéressés par la semence de la bourrache et l’arrosage de “potion magique”. J’ai éprouvé beaucoup de plaisir à partager ces moments avec eux. La gestion du temps pendant les ateliers m’a paru convenable et respectée, et cela m’a permis d’être plus structuré dans mon rôle d’animateur. J’avais beaucoup d’appréhensions à présenter mon conte aux classes de CM2 car j’avais peur du jugement qu’ils pouvaient avoir sur ma création et de l’image qu’ils me renverraient. J

’ai failli me désister pour la lecture du conte au dernier moment mais j’ai réalisé que cela pouvait  mettre mes coéquipiers en difficultés, j’ai finalement surmonté mes peurs et cela s’est bien passé. Travailler en équipe sur ces sensibilisations m’a occasionné du stress face aux besoins de perfections et aux exigences de Claire et Lise lors de la préparation. Cela m’a fait travailler sur ma susceptibilité, j’ai appris à prendre les critiques de manière objective et constructive. Au final je suis satisfait du résultat et de notre création commune ! Ces expériences m’ont apporté de la confiance en moi, de l’assurance et de la détermination. J’en ressort plus fort et je pense que je serai moins perturbé à l’avenir quand je devrai parler en public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *