ludosens

Stéphanie Jeannot-Pilcher : fondatrice "Être et Devenir"

Stéphanie Jeannot-Pilcher, pouvez-vous nous expliquer votre parcours ?

J’ai commencé ma scolarité au sein d’une école Montessori en Angleterre. Mes parents ont mis un point d’honneur à me faire sortir des sentiers battus en me scolarisant dans de écoles « différentes » par leurs approches, leur côté international… Je pense que ça a fait de moi qui je suis aujourd’hui : autonome, indépendante, à l’écoute du monde, tolérante, ouverte aux différences. Adolescente, j’ai pu travailler pendant un an comme visiteuse auprès des enfants malades à l’Hôpital Necker à Paris. C’était une expérience difficile pour l’adolescente que j’étais, mais tellement formatrice pour l’avenir. Ensuite je suis rentrée dans un parcours plus classique, des études de droit, de ressources humaines, pour ensuite travailler dans la formation et le conseil au sein de grands cabinets internationaux.

Il est arrivé un moment où je me suis rendue compte que je ne vivais pas ce pour quoi j’étais faite, même si je réussissais dans mon travail. En 2004, suite à de grands chamboulements dans ma vie, j’ai quitté la région parisienne pour la Dordogne, où j’ai tout recommencé à zéro. Quelques années plus tard, un mariage et l’arrivée de mon premier fils, porteur de trisomie 21, et le virage était amorcé.

D'où vous est venue la création d’Eveil et Mieux-Etre ? Et celle et de Etre et Devenir ?

En 2013 je me suis mise à mon compte en tant qu’éducatrice Montessori, musicothérapeute et formatrice à Excideuil en Dordogne. C’est mon fils ainé, par les chamboulements dus à son arrivée, qui m’a mise en face de qui j’étais réellement. Quand il a eu deux mois, une personne m’a proposé un piano en guise de cadeau. Cet instrument m’a permis d’établir un lien avec mon fils. S’en sont suivies de longues heures à jouer des mélodies enfantines avec lui à côté de moi ou sur mes genoux.

Résultat, en quelques mois il s’est mis à babiller et le langage est venu, comme pour tout enfant dit « normal », alors que chez l’enfant trisomique, le langage arrive vers les 4-5 ans en général. Pour aller plus loin dans mes recherches et découvertes, je me suis formée à la musicothérapie. Mes racines Montessoriennes sont également revenues et j’ai décidé de me former pour voir ce que cela pouvait apporter à mes fils (car à l’époque un petit frère était venu compléter la famille). C’est allé très vite ensuite. Me rendant compte des avancées spectaculaires de mon ainé j’ai décidé que ce que j’avais fait pour lui, je pouvais le faire pour d’autres. C’est ainsi que j’ai recommencé à travailler et qu’Eveil et Mieux Etre être.

www.eveil-mieux-etre.fr

Être & Devenir est une association que j’ai créée avec mon mari, fin 2014. Suite à une discussion autour de la difficulté, voire l’impossibilité de faire garder un enfant porteur de handicap en milieu rural avec une responsable de relais assistantes maternelles local, nous avons décidé que l’inclusion des enfants « différents » serait notre cheval de bataille. D’une soirée débat autour de l’accueil de l’enfant handicapé, à une journée « Ensemble avec nos différences » en passant par divers moments de partage autour du handicap et de la tolérance, l’association commence à prendre son envol.

Nous avons décidé de nous spécialiser dans la sensibilisation aux questions liées à la parentalité, à l’enfance et au handicap. Nos projets en cours sont la création d’une école alternative et inclusive dans le nord-est de la Dordogne et des formations pour adultes où nous faisons intervenir des spécialistes sur différentes questions telles que la relation d’aide, l’accueil d’un enfant en situation de handicap, l’handi-parentalité, l’alimentation chez l’enfant en général et l’enfant porteur de handicap…

http://etre-devenir.jimdo.com

Quel est le rôle du jeu dans le développement de l'enfant, selon vous ?

Le jeu est important pour l’enfant et je le différencie du jouet. L’enfant se construit par mimétisme avec l’adulte ou ses pairs. Donc tous les jeux de type jeux d’imitation sont intéressants. La montessorienne que je suis va également privilégier les activités de découverte, que ce soit avec du matériel adapté ou que ce soit dans la nature. Il est important de cultiver le sens du « beau » chez l’enfant en lui proposant au maximum des jouets de qualité en bois, etc. et en évitant au maximumles jouets en plastique et électroniques, souvent criards et caricaturaux. Un enfant n’a pas besoin de beaucoup de jouets au sens classique du terme, mais de moments privilégiés avec l’adulte et de moments de découverte par des jeux libres et créatifs, de la musique, les arts plastiques, des jeux de construction…

Quels types de jeux avez-vous vous-même utilisés avec votre fils ?

Mon fils porteur de trisomie n’est pas très « jouet ». Nous nous sommes donc concentrés sur ce qu’il aime : s’amuser à l’extérieur (avec un chamboule-tout que nous avons fabriqué nous-mêmes, par exemple, ou dans sa cabane), jouer à la dinette ou faire la cuisine, cache-cache, faire des spectacles improvisés, utiliser le matériel Montessori, les grands jeux anciens en bois (jeu de grenouille, quilles…), chanter, jouer de la musique avec toutes sortes d’instruments, danser, écouter des histoires, lire des livres…

Vous avez récemment décidé de créer une école ? Quel sera l'objectif de cette nouvelle école en Dordogne ?

Oui, si tout va bien, la première rentrée aura lieu en septembre 2017.

Cette école sera bien entendue une école dite « alternative », mais également inclusive et ouverte à toutes les différences. Notre objectif est de permettre aux enfants de devenir de futurs citoyens ouverts aux autres, à leurs spécificités, de privilégier la créativité sous toutes ses formes, l’autonomie et l’éveil à la planète (respect de l’écosystème…). Il nous semble impossible aujourd’hui de prôner l’inclusion pour tous, si nous-mêmes avons peur de l’autre et que nous transmettons cela à nos enfants.

Plusieurs pédagogies et approches seront utilisées (Montessori, pédagogie institutionnelle et Freinet, le Jeu de Peindre d’Arno Stern, les intelligences multiples…). Il s’agit de mettre en place une approche individuelle et personnalisée pour chaque enfant, et non pas collective, au sein d’une classe unique multi-âge.

Quelques enfants porteurs de handicaps intellectuels légers pourront y trouver leur place grâce à des outils adaptés et du personnel formé, ce qui fera notre force et notre différence par rapport aux autres écoles alternatives. La découverte des autres continuera avec des échanges multiculturels par le biais d’intervenants étrangers…

Pensez-vous que les parents ont besoin d'être particulièrement soutenus ?

Je pense qu’effectivement les parents ont un grand besoin de soutien aujourd’hui, que leurs enfants aillent bien ou aient des difficultés. Des études récentes montrent que les enfants d’aujourd’hui sont en pleine mutation et de ce fait, leurs besoins sont très différents des nôtres à leur âge. Beaucoup de parents se plaignent des difficultés qu’ils éprouvent face à des enfants dits « hyper » actifs, qui n’écoutent pas, que la punition n’atteint pas… C’est pourquoi, entre autres, nous voyons fleurir partout des formations à la parentalité bienveillante ou positive, à la communication parent-enfant de type Faber et Mazlish par exemple…

En même temps un changement sociétal est en train de voir le jour. Nous passons d’une ère postindustrielle et post-guerre où la compétition faisait rage à une ère plus posée, moins agressive et plus respectueuse où la collaboration et la paix seront les éléments clés.

Arriver à ce changement nécessite une prise de conscience générale et un accompagnement des adultes afin qu’une nouvelle forme d’éducation de nos enfants voit le jour.

Commentaires

Recevez mon e-Book
Autisme et Montessori gratuitement !

e-Book Autisme et Montessori gratuitement !