ludosens

Nous avons testé pour vous le jeu Keep Cool !

Jeudi 7 juin, nous avons testé pour vous le jeu Keep Cool, le dernier venu de notre ludothèque ! Pourquoi ce jeu ? Il a été recommandé à Priscilla par une orthophoniste.

Toute l’équipe Ludosens était au complet pour tester Keep Cool ! A présent, nous vous faisons part de notre impression, sachant que notre groupe, composé de personnalités différentes et de singularités variées, va pouvoir vous donner une vision particulièrement exhaustive de ce jeu ! Car aucun de nous n’a eu les mêmes impressions. Toutefois, nous sommes d’accords sur certains points. Voilà ce que nous pouvons vous en dire !

 

Il s’agit d’un jeu où il faut deviner et faire deviner aux autres, des mots (à partir de 13 ans).

Le jeu peut sembler simple au premier abord, mais certaines règles viennent le complexifier. Trois à huit joueurs se réunissent autour d’une table et jouent à tour de rôle dans le sens des aiguilles d’une montre. Ils ont chacun quatre cartes avec les mots qu’ils doivent faire deviner. Les mots sont sur les deux faces de la carte, et sont numérotés de 1 à 8. Ils choisissent une face de la carte (bleu ou rouge) et un numéro qui correspondra aux mots qu’ils devront faire deviner.

 

On ne peut prononcer qu’un seul mot, et ce mot est soit un indice soit une proposition. Et c’est là que le jeu se corse : les autres joueurs ne savent pas si le mot prononcé est une tentative pour deviner le mot du joueur de droite ou un indice pour le joueur de gauche.

Pour ajouter de la difficulté, les joueurs n’ont que huit secondes pour proposer un mot. S’ils dépassent le temps, le buzzer sonne et ils ne peuvent plus rien dire.

 

Mais avec un exemple, ce sera plus simple :

Laura doit faire deviner le mot « île ». Elle dit donc Hawaï. Tom, qui est après elle, doit faire deviner le mot « croissant ». Il a donc le choix : soit il tente de deviner le mot de Laura grâce à cet indice, soit il dit un autre mot pour essayer de faire deviner son propre mot à André. Il y a donc deux possibilités :

1.       Il dit un mot en rapport avec Hawaï

2.       Il dit « chocolatine » pour faire deviner son propre mot.

André ne sait pas quelle option Tom a choisi, deviner ou faire deviner, et doit lui aussi faire le choix d’essayer de deviner ou de faire deviner. Mais, comme Hawaï et chocolatine n’ont aucun rapport l’un avec l’autre, il peut comprendre implicitement que Tom a voulu lui faire deviner son mot, et non qu’il a voulu répondre à Laura.

 

Il s’agit donc d’un jeu de rapidité, de communication, de mémoire et de déduction.

 

L’équipe Ludosens l’a testé à cinq puis à quatre, nous allons vous dire ce que nous en avons pensé.

 

Pour ce qui est des points positifs, c’est un jeu qui permet de travailler d’une manière différente le vocabulaire et la mémoire, pour des jeunes au collège voire au lycée. La difficulté des mots est adaptable, avec la possibilité de choisir des mots plus difficiles ou non. Le gain de points fonctionne selon un modèle coopératif : celui qui a fait deviner et celui qui a deviné gagnent tous les deux un point. Il s’agit donc plutôt d’un jeu d’entraide que d’un jeu compétitif.

Cependant lors de nos parties, nous avons pu repérer quelques freins. Le stress occasionné par le buzzer et son alarme peuvent ne pas convenir à tous les jeunes, notamment dans le cas de personnes avec autisme, hypersensibles sur le plan auditif. C'est en tout cas le ressenti d'André, Charlotte et Salomé, qui vivent tous les trois avec le syndrome d'Asperger. Les huit secondes peuvent être trop contraignantes pour ceux qui ont besoin de plus de temps pour réfléchir.

De plus, certains mots dits faciles ne le sont pas vraiment (« programme », « disponible », « émeute »), et il est nécessaire d’avoir un champ lexical assez important.

Selon nous, le plus dur cependant reste le fait que les joueurs n’ont le droit de prononcer qu’un seul mot et qu’ils n’ont pas le droit de dire s’il s’agit d’une proposition ou d’un indice. Le manque d’explication exigé par la règle du jeu peut être un vrai frein, et nous avons été obligés de contourner les règles pour pouvoir avancer dans le jeu.

En fonction du nombre de joueurs, les parties peuvent être longues. Nos parties à cinq puis à quatre ont dépassé les vingt minutes annoncées par la boîte du jeu. Les tours peuvent également être longs, et il peut donc être difficile pour un jeune avec TDAH de rester concentré et de mémoriser les « mots-indices » toute la durée d’un tour. Ce fut le cas par exemple pour Salomé, qui ne retenait pas toujours les indices et qui avait donc plus de difficultés à deviner qu'à faire deviner. Cependant, le jeu peut être une bonne occasion de travailler spécifiquement ces compétences-là (l'attention et la mémoire)

 

Pour passer outre ces quelques freins, nous avons adapté le jeu à notre sauce :

-          Nous n’avons pas utilisé le buzzer

-          Le temps de réflexion était illimité

-          Lorsque c’était nécessaire, nous annoncions si nous allions faire une proposition ou donner un indice

 

Et vous pouvez donc faire de même !

 

En conclusion, il s’agit d’un jeu assez difficile à prendre en main mais une fois qu’il est compris, peut se révéler très amusant et permet de développer son vocabulaire de manière ludique.

Commentaires

Recevez mon e-Book
Autisme et Montessori gratuitement !

e-Book Autisme et Montessori gratuitement !